28 mars 2010

Rapport IRSN–INVS sur le diagnostic médical en France

L'exposition de la population aux rayonnements ionisants augmente:
Dans le cadre d'un diagnostic médical, la dose efficace individuelle moyenne d'exposition aux rayonnements ionisants a plus que doublé (+57%) entre 2002 et 2007, passant de 0,83 millisieverts (mSv) à 1,3 mVs. Ces données sont détaillées dans le dernier rapport de l'Institut national de veille sanitaire (INVS) et de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) sur l'exposition de la population française aux rayonnements (1).

Les auteurs de ce rapport signalent que cette dose efficace annuelle individuelle en France se situe "dans la moyenne des valeurs européennes" et est aussi "très inférieure à celle des États-Unis pour 2006 (3 mSv par an et par individu)". Ils préviennent que certaines valeurs européennes datent d'environ dix ans et que les techniques ont considérablement évolué
durant cette période.

Au total, 74,6 millions d'actes diagnostiques utilisant les rayonnements ionisants ont donc été réalisés en 2007. L'étude des
différentes modalités d'imagerie révèle que la radiologie conventionnelle reste majoritaire avec 63% des actes, suit la
radiologie dentaire 24,7%, les examens scanner 10,1% et la médecine nucléaire 1,6%.

Diagnostics et incidents en médecine nucléaire nous rappelons certains dangers:

En effet le temps passant on peut considérer que bien des choses s'oublient, et, qu'il est important de se rappeler que des erreurs graves ont causé la mort de patients, et, en ont  invalidé d'autres...en France...Ne serait-ce que pour ne pas réitérer de telles erreurs dans le temps.

Nous avons dénoncés ces faits dès les premières  "surirradiations médicales" . S'attaquer aux causes des problèmes, et, non à leurs effets, apparaît être la seule façon d'avoir des solutions efficaces.Il est important de dénoncer que les causes de tels incidents proviennent d'un manque de formation des personnels (qui travaillent en plus en flux tendu), de documents techniques pas toujours au niveau souhaité pour une bonne compréhension, le pire étant, bien évidemment le manque de personnel et là...au nom du profit...le patient paye au prix fort quelquefois.

Posté par aprii à 12:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Rapport IRSN–INVS sur le diagnostic médical en France

Nouveau commentaire